Cirque Baroque l'Opéra des Gueux

 

Reportage de France3 jui.09  ICI

Photos Philippe Cibille ICI

 


Ce qu'ils en disent

 


Télérama - 08.10.09

"Décoiffante, échevelée et totalement explosive, voici la toute neuve création du Cirque Baroque, déjà magnifiquement aboutie... A la tête de la célèbre compagnie, Christian Taguet, l'un des pionniers du Nouveau Cirque durant la décennie 70, a poussé loin la relecture et la recherche esthétique jusqu'à demander à trois metteurs en scène de concevoir, chacun, l'un des trois actes du spectacle. Ce parti pris théâtral ne cède en rien pour autant à l'exigence technique et acrobatique tout au long densément présente. Et la musique originale est également un bonheur à vivre. Bref, un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte !"

 

 


Le Parisien -18.10.09

"En s'inspirant du fameux Opéra des gueux de John Gay, Christian Taguet et le Cirque Baroque ont saisi que ce serait un bonheur de le traduire dans le langage du cirque. L'histoire se passe dans les bas-fonds de Londres au XVIIIe siècle et sert de prétexte à une vigoureuse satire des désordres de la société de l'époque... et d'aujourd'hui. Sur scène, 10 acteurs acrobates et 2 musiciens donnent vie et rythme à cette cour des Miracles dans une mise en scène déjantée et colorée. Chacun des 3 actes a été confié à un metteur en scène différent associé à un musicien ...: pour la présentation des gueux et le mariage du héros, le Japonais spécialiste du kabuki (le théâtre traditionnel japonais), Kazuyoshi Kushida, et le jazzman François Morel ; pour le complot, le mime chilien Mauricio Celedon, avec le compositeur classique Luc Le Masne et le Chorégraphe Lhacen Hamed Ben Bella ; pour le triomphe de la vérité sous le regard de la reine, Karelle Prugnaud, étoile montante de la scène française, associée à Eric Mouquet, fondateur du groupe Deep Forest, et le chorégraphe Eric Stieffatre. L'ensemble est inventif et drôle, varié et enlevé". 


Edith Rappoport, conseiller théâtre Drac IDF, LeMonde.fr

".... Douze comédiens crobates se déploient dans un imposant espace bi-frontal. Les trois séquences sont interprétées avec une belle énergie, les images surprenantes se succèdent surtout dans les deux dernières parties... Des images sidérantes, il y en a, comme ce combat de femmes acrobates, ce défilé d'hommes-chiens, ce ballet de flics en jupettes armés de barrières de police, cette armada de caddies-prisons face à un noir masqué de blanc. On en sort revigorés dans ce joli chapiteau où on a été accueillis au bar par des acrobates, on en part à regret en musique. On aimerait être accueilli par la même chaleur humaine dans nos froides institutions bien mieux dotées".

 

Floriane Gabert -blog scènes - http://fluctuat.net le 01-07-09"...En confiant la mise en scène de L'Opéra des gueux de John Gay à trois artistes, c'est un triple éclairage que le Cirque Baroque permet de porter sur l'oeuvre dont il s'inspire. 4' sous d'cirq... Le cirque des gueux propose une progression vraiment éclairante, qu'un seul metteur en scène ne pourrait vraisemblablement réussir, tant elle repose sur la diversité des esthétiques. Ce qui aurait pu s'avérer une fausse bonne idée aboutit ici à un spectacle jouissif, festif, plein de rebondissements et de surprises. L'univers saltimbanque mis en oeuvre par Kushida pour la première partie permet d'entrer en douceur dans la fable et de faire la découverte des personnages en même temps que des techniques circassiennes qu'ils déploient. Plus torturé, comme à son habitude, Celedon s'est emparé de la seconde partie et y met toute la rage dont il sait faire montre, dans un camaïeu de noir et blanc explosif. A cette révolte de la base, rappelant par certains côtés un expressionnisme à la Pabst, succède l'ambiance délétère de Karelle Prugnaud, la plus jeune du trio, qui tire le spectacle vers la boîte de nuit, le cabaret, le clinquant, l'interlope, autre vision du monde développé par Gay et repris ensuite par Brecht. Le cirque des gueux conçu par Christian Taguet qui dirige le Cirque Baroque depuis 25 ans, met définitivement en joie ceux pour qui la création reste ludique et l'iconoclasme salvateur. Il fallait oser imposer 3 signatures au sein d'une même oeuvre. Et pourquoi pas, après tout ? Pourquoi ne pas emmener le public dans un univers inventif, qui met en valeur la pièce par ses éclairages inventifs ? Que les puristes grincheux aillent se coucher et laissent les spectateurs ne pas bouder leur plaisir !". 

 

 

Domi le 08.10.09 sur www.mood-for.fr

"... Je suis restée bouche bée du début à la fin du spectacle (1h30 sans entracte), emportée par le rythme frénétique d'un spectacle totalement original et fascinant. Le Baroque est poussé au paroxysme, les numéros d'acrobatie sont hallucinants, la mise en scène est surprenante, la musique est entraînante, EXTRA ORDINAIRE ! ... L'idée des 3 tableaux, mis en scène par 3 metteurs en scène différents, c'est de reconstituer la vie (mouvementée !) des bas fonds de Londres au travers de différents combats où les corps à corps sont torrides, les anachronismes amusants (vous n'oublierez pas la "danse des caddies") et le plat de résistance contorsionniste est servi sur un plateau d'argent. Bref, courrez-y car ce serait trop dommage de le louper ! Vous en ressortirez remplie de la tonne d'énergie qui est largement distribuée pendant tout le spectacle".

 

Photos Live à Furies ICI



Conception et Direction artistique
/ acte I
Mauricio CELEDON

 Christian TAGUET 


Mises en scène

Kazuyoshi KUSHIDA/ acte II
Karelle PRUGNAUD / acte III

Musiques

François MOREL / acte I
Luc LE MASNE / acte II
Eric MOUQUET / acte III

Chorégraphies

Lhacen H.B. BELLA / acte II
Eric STIEFFATRE / acte III

Costumes

Nina BENSLIMANE
Assistée de Patrick CAVALIE

Création lumière

Jean-Marie PROUVEZE

Artistes acrobates
Michel ARIAS, Christophe CARRASCO, Sylvaine CHARRIER, Charlotte DE LA BRETEQUE, Osmar DE SOUZA, Stéphane DUTOURNIER, Jouni IHALAINEN, Stina Maria KOPRA, Lotta PAAVILAINEN et Laure SERIE.

Musiciens

Laurent FALSO et François MOREL

Régie lumière

Etienne EXBRAYAT

En coproduction avec le Théâtre Europe / Festival Janvier dans les étoiles - La Seyne-sur-Mer, le Cirque Jules Verne - Pôle Régional des Arts du Cirque et de la Rue / Amiens Métropole, le Festival Parade(s) de Nanterre, Fontenay-en-Scènes / Ville de Fontenay-sous-Bois et le Théâtre de Matsumoto au Japon. 

La Compagnie est subventionnée par le Conseil Régional Ile-de-France et conventionnée par la DRAC Ile-de-France. La création a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et la Communication / DMDTS, du Conseil Général de Seine-et-Marne, du Conseil Général du Val-de-Marne, de la SPEDIDAM (Société de Perception et de Distribution des Droits des Artistes-Interprètes de la Musique et de la Danse) qui est une société d'artistes-interprètes qui gère les droits de l'artiste-interprète (musicien, choriste ou danseur) en matière d'enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées, et de l'ADAMI qui gère les droits des artistes-interprètes (comédiens, chanteurs, musiciens, chefs d'orchestre, danseurs...) et consacre une partie des droits perçus à l'aide à la création, à la diffusion et à la formation. 

Cliquez sur l'image Vidéo Cirque Baroque

"Télérama Décoiffante, échevelée et totalement explosive, voici la toute neuve création du Cirque Baroque, déjà magnifiquement aboutie... A la tête de la célèbre compagnie, Christian Taguet, l'un des pionniers du Nouveau Cirque durant la décennie 70, a poussé loin la relecture et la recherche esthétique jusqu'à demander à trois metteurs en scène de concevoir, chacun, l'un des trois actes du spectacle. Ce parti pris théâtral ne cède en rien pour autant à l'exigence technique et acrobatique tout au long densément présente. Et la musique originale est également un bonheur à vivre. Bref, un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte !"