Migrants... variation mixte EAT  Jazz 2019
Notice explicative page 104
Ministére de la culture 

Migrants...
EAT variation JAZZ Garçon/ Fille 2019
Chorégraphie: Lhacen HAMED BEN BELLA
Interprète: Victor THIEFIN-RICORDEL
Musique: Yoann LAUNAY
Texte: teatro del silencio "Paradis"

ARGUMENTATION CHORÉGRAPHIQUE
MIGRANTS...

La danse jazz de création a souvent traité de l’esclavagisme, principalement afro-américain, et de la ségrégation, encore actuelle.
Aujourd’hui la misère et les guerres entrainent encore une vague de migration qui n’est pas pour ceux qui l’entreprennent une croisière en quête d’exotisme, mais le leurre d’une vie de confort et de paix.
C’est une fuite éperdue d’êtres apeurés, harassés, en danger de mort dans leur propre pays. Comment accepter qu’ils soient refoulés comme indésirables ?
Le malheur n’est pas un crime, ni la pauvreté une maladie.
C’est le sujet d’actualité du solo
J’aimerai m’adressant à l’artiste en devenir, lui dire mon souhait de le voir prendre en main, en âme et en corps les outils qui lui sont transmis pour sculpter sa danse, affiner son point de vue, s’affirmer.
Je suis un homme de mon temps et veux traiter des sujets de mon temps.
Porter un costume :

Les garçons un pantalon élastique haut manche longue.
Les filles une robe ou un pantalon élastique avec un haut manche longue près du corps.
Ne pas reproduire le mouvement s’il n’est pas incarné, approfondir le mouvement pour trouver les SENSATIONS qui permettent de l’incarner.
Le faire sien pour s’aimer dans sa danse, la défendre, l’affirmer.
J’insiste sur le fait que la danse n’est pas seulement une somme de connaissance, mais aussi un état d’esprit :...
A travers cette variation je veux Etre dans le « Jeu » et le « je », celui aussi de la Jeunesse qui flirte avec le libre arbitre, avec les choix qui préfigurent leur devenir d’adulte et peut-être d’artiste. 
Lhacen HAMED BEN BELLA

Dans mon sac... dans ce tout petit sac, les restes de chez moi, de ma vie d’avant, ce tout petit sac auquel je m’accroche, pas à pas, le fourre-tout que nous trimballons tous, l’étendard discret et misérable de ceux qui n’ont plus d’autre chez eux que celui qu’ils transportent.
Je suis itinérant, jamais vraiment nulle part, toujours en route pour ailleurs, fantôme famélique et obstiné des zones grises et des frontières. Même mon sommeil est une errance, avec ces rêves qui me tirent tantôt vers le passé dont je me suis arraché, tantôt vers ce futur qui m’échappe, ils se dévorent l’un l’autre et rongent peu à peu l’espoir qui me tient debout.
A chaque jour sa combine pour grappiller les kilomètres, avancer coute que coute vers ...vers l’autre moi, celui qui n’aura plus à fuir ou se cacher, qui pourra poser son maigre baluchon et se remettre debout, lever les yeux sur ce monde qui me fera une place, sur cette place qui deviendra mon monde, sur ce nouveau chez moi, celui auquel vous avez droit.
En attendant je marche, je roule, je cours, je nage et navigue, en laissant derrière moi les yeux éteints des compagnons de misère qui n’en verront pas le bout, les yeux de ceux que le voyage aura fini par manger tout entier.
J’ai peur aussi, à chaque instant, de tout de rien, parce qu’attaché à rien, c’est si facile de se perdre.
Je suis encore un homme, même si les regards qui me brulent me hurlent le contraire, j’étais quelqu’un avant, une personne comme vous, sauf que j’ai tout quitté, en voulant vivre coute que coute, j’y ai perdu trois lettre, juste un déterminant, maintenant je suis... personne.
Une silhouette qui se faufile, cette ombre d’être qui sent pourtant à quel point elle devrait s’effacer encore plus, jusqu’à n’être plus rien du tout pour ne pas déranger vos ventres pleins et assoupis. Votre silence a tué mon cri, bâillonné mes pensées, soufflé ma dignité comme ces grains de poussière qui pourtant eux finiront quelque part.
Et peut-être pas moi.
FRANCK LECERF

Lhacen HAMED BEN BELLA
Artiste Autodidacte
Danseur, Pédagogue,Comédien et Chorégraphe .
Sa rencontre avec la danse s’est faite à travers le Hip Hop dès l’âge de 10 ans. C’est un danseur et chorégraphe autodidacte, il n’a commencé la danse conventionnelle qu’à l’âge de 16 ans. Après le Hip Hop, Lhacen s’est orienté vers le Jazz, la danse Contemporaine, le Classique, l’Afro et le Folklorique, ce qui lui confère une large palette était de lui un artiste complet. Il s’est également tourné vers les arts martiaux afin d’enrichir ses connaissance artistiques par des techniques et une discipline spécifiques.
Lhacen a rapidement été repéré par Dominique Boivin Compagnie Beau
Geste ainsi que de nombreux autres chorégraphes et professeurs très talentueux ,le metteur en scène Mauricio Celedon.
La danse est une évidence pour Lhacen Hamed Ben Bella, il devient
enseignant en 1988.
Ses premières créations en tant que chorégraphe sont « Putain de silence » et « Salope de vie » (1998). Suivent alors « L’utopie héroïque » et « Les murmurantes » en 1999.
En juin 1999 Lhacen reçoit le Premier Prix au Concours Jeunes
Chorégraphes de Pontoise.
Il est formateur pour de nombreux centres de formations : de 1998 à 2018,
En 2003, il commence une carrière de comédien grâce au Théâtre avec
Mauricio Celedon qui lui a permis de jouer partout dans le monde et
notamment lors de sa toute première représentation en tant que comédien en Italie pour « O Divina la Comedia – L’enfer ».
Une année plus tard, il anime un stage de danse sur le thème de Pablo
Neruda, le poète et écrivain chilien, pour Teatro Del Silencio.
Il crée également la chorégraphie 
« Un temps pour elles ».
Il enchaine alors sur « Le Purgatoire » en 2005 en tant que comédien. 
Il chorégraphie « Le Paradis » en 2007 sur demande de Mauricio Celedon puis « Emma Darwin » deux ans plus tard.

Il crée ensuite une chorégraphie pour le Cirque Baroque Opéra 4 D’Cirq « l’Opéra des Gueux ». Depuis plus de 15 ans, Lhacen Hamed Ben Bella est Président du jury pour l’Examen d’Aptitude Technique (EAT) et aux évaluations pédagogiques du diplômes d’Etat.
Depuis 2007, il est formateur à Artiste Danseur , EAT à l’Institut National
des Arts de Musical-Hall Le Mans.

A partir de 2011, il a été formateur et professeur au Conservatoire de Nantes en tant que professeur de Jazz (2011-2013),
Chorégraphe de Compagnie BELLA DANSE.
Il est très souvent invité en tant que professeur à des stages internationaux.

Tout au long de sa carrière Lhacen Hamed Ben Bella est enseignant,chorégraphe sur de nombreux projets et danseur pour plusieurs compagnies. 
Chaque année, il offre à son public de nouvelles créations comme « Alice », « Dans ma maison » ou « 11 janvier » en hommage aux victimes des attentats du 11 janvier 2015. Il a également crée « ICARO »,« Histoire d’Elles », « Boléro », « L’Europe ne nous accueille que si l’on arrive à traverser », « Le cauchemar de Barbe Bleue », « Héroïne », et tant d’autres...
Lhacen Hamed Ben Bella est un danseur talentueux, à la personnalité forte et dont le parcours et les enseignements sont très riches. Ses chorégraphies sont très théâtrales. Il insiste toujours sur les principes et règles de la danse mais également sur l’importance de la scène. L’espace doit être occupé et le regard du danseur joue un rôle décisif et participe lui aussi à l’occupation de l’espace.
Ses créations sont inspirées des cultures, des religions et des ethnies et sont souvent en relation avec l’exploration de l’identité. Il aime transmettre des messages engagés à travers ses chorégraphies mais également transmettre les enseignements de la danse et s’imprégner des échanges avec les jeunes danseurs et danseuses. A travers ses représentations, Lhacen raconte des histoires, il communique au public
beaucoup d’émotion et démontre son amour pour la danse grâce à son univers unique.

Interprète
Victor THIEFIN—RICORDEL
Né le 19 février 1998 à Redon (France), est un danseur interprète.
Il commence la danse jazz à l’âge de 6 ans, puis à 7 ans la danse Hip-hop dans le centre de danse Annabelle Paindessous à Redon. Sa danse prend un tournant à l’âge de 15 ans, lorsqu’il débute la danse classique ainsi que la danse contemporaine, en doublant notamment le nombre d’heures de pratique de celle-ci. Jusqu’à ses 18 ans il aura la chance de participer à de nombreux concours nationaux et de travailler avec plusieurs chorégraphes, comme Pascal Lousouarn, Mikael Fau ou encore Carl Portal. En Juin 2016 après avoir obtenu son bac, il décide de s’investir pleinement dans la danse et part en formation en septembre 2016 au Pont Supérieur de Nantes en vue de la préparation d’un EAT contemporain. En 2017, il obtient son EAT contemporain et décide d’approfondir son travail sur la danse contemporaine en continuant sa formation au Pont supérieur à Nantes. Durant ces deux années il aura eu la chance de travailler avec des chorégraphes comme Olivia Grandville, Lhacen Hamed Ben Bella... En mai 2018, après avoir passé les auditions du CNDC d’Angers (Conservatoire National de Danse Contemporaine), il est admis au sein de la promotion 2018-2021 et poursuit son aventure ...

 

Musicien Yoham Launay
Fils et petit-fils de musicien Yoann Launay grandit dans l'univers riche et populaire de la fanfare. Il fait ses premiers pas dans la musique armé de son saxophone et petit à petit son chemin croise celui du chant et des grands textes de la chanson française.
Très vite il découvre la scène à travers l'univers transgressif des arts du music-hall.C'est l'occasion pour lui de côtoyer les univers incontournables du cirque et de la danse.
En parallèle il développe sa créativité entant que compositeur au sein du groupe de chanson française Charivari dont il est chanteur saxophoniste durant 11 années.
En 2018 le groupe s'arrête pour laisser place à un projet éponyme et un premier album intitulé "les amis" dans lequel les textes dans la langue de Molière et les émotions ont la part belle. En 2015 il s'était présenté au grand public au travers du programme musicale The Voice où il atteindra les quarts de finale.
Originaire du Mans il enseigne la musique et le chant dans le centre de formation professionnelle de l'institut nationale des arts du music-hall (INM) où il travaille aux côtés du chorégraphe Lhacen Hamed Ben Bella et c'est très naturellement qu'il collabore avec lui sur cette création engagée sous forme d'itinéraire autours d'un sujet tristement d’actualité.